Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Djéhouty - Hiéroglyphes - Egypte

Traduction hiéroglyphes : Appui-tête en ivoire Pepi II

26 Juin 2009 , Rédigé par Djéhouty Publié dans #Ancien Empire




Photographies : Djéhouty
Appui-tête au nom du roi Pépi II
vers 2250-2200 av. J.-C.,
(fin 6è dynastie)
ivoire autrefois peint
Musée du Louvre N646

Les hiéroglyphes se lisent de la droite vers la gauche

Translittération, prononciation et traduction :

anrou hor netcher chaou nysout bity nebty netcher chaou séchem bik nebou
L'Horus vivant. Celui dont les apparations sont divines. le Roi de Haute et basse-Egypte. Les apparitions des deux Maîtresses sont divines. Le faucon d'or est puissant.


néfer-ka-rê dou anrh wouas mj Rê
Le ka de Rê est parfait. Doué de vie et pouvoir commé Rê.

Explications :
Ce cartouche contient les différents noms du Pharaon Pepy II

Nom d'Horus

anrou hor netcher chaou
L'horus vivant, celui dont les apparitions sont divines

nysout bity
Roi de Haute et basse-Egypte.  

En général, le titre de Roi de Haute et basse-Egypte précède le nom qui se trouve dans le cartouche.
Nom des deux Maîtresses

netcher chaou nebty
Les apparations des deux Maîtresses sont divines
Le nom d'Horus d'or

séchem bik nebou
Le faucon d'or est puissant
Le nom de Roi de Haute et Basse-Egypte

néfer-ka-rê
Le ka de Rê est parfait
Formule d'eulogie

dou anrh wouas mj Rê
Doué de vie et pouvoir commé Rê.


Sources :
- Chronique de l'Egypte ancienne : Les pharaons, leur règne, leurs contemporains page 103
- Cours d'égyptien hiéroglyphique - Pierre Grandet et Bernard Mathieu leçon 13
 

Pour en savoir plus au sujet des titulatures Royales je vous recommande la lecture de l'article de Richard LEJEUNE :
DÉCODAGE DE L'IMAGE ÉGYPTIENNE - VIII. LA TITULATURE ROYALE D'AMENHOTEP III (d'après le Scarabée Vienne ÄOS 3878) 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Eric DESRENTES 24/06/2009 09:58

Bonjour Richard,Merci pour ces précisions.Je n'ai pas vu qu'il y avait une inscription sur le plat du socle.On la devine effectivement sur ma photo.Je ne manquerais pas lors de ma prochaine visite au musée du Louvre de combler cette lacune.Bonne journéeAmicalement,Eric

Richard LEJEUNE 24/06/2009 09:06

Bonjour Eric,Pour répondre à ta question, j'ai plusieurs remarques à noter.Il est un fait que le lapicide a pris quelques libertés avec la tradition, mais je ne suis nullement capable de connaître les raisons de cette décision. toutefois, je peux épingler certains points.1. Toute l'inscription du bord du socle que tu proposes ci-dessus se trouve dans un immense cartouche.2. Le deuxième nom du souverain, celui de Fils de Rê, Pepi, ne s'y trouve pas mentionné : la titulature n'est de ce fait pas complète. Tu pourrais évidemment m'opposer l'argument du manque de place !3. Je n'y crois pas vraiment dans la mesure où, sur le plat de ce socle - dont tu ne présentes malheureusement pas ici un agrandissement -, mais que tu connais probablement, est reprise cette inscription, présentée d'une tout autre manière : sous le signe hiéroglyphique de la voûte céleste (N 1, liste de Gardiner), et encadrée de deux sceptres "ouas" (S 40) posant sur une ligne de sol, dans une sorte de carré donc, elle se lit en trois colonnes de haut en bas, en commençant par la centrale dans laquelle figure le serekh sous l'oiseau Horus; en poursuivant par celle de gauche avec le nom des "Deux Maîtresses", immédiatement au-dessus de celui d' "Horus d'or"; puis en revenant à la toute première colonne qui propose, pour sa part, le seul cartouche : Neferkârê, précédé ici tout logiquement du jonc et de l'abeille.La raison de cette différence entre les deux inscriptions pratiquement semblables de ce monument, je l'ignore !Comme je ne comprends pas non plus ce qui motive l'absence récurrente du second cartouche qui donnerait le nom de Pepi II.Quant à la formule d'eulogie, ici, elle remplit l'espace laissé libre sous ces trois colonnes et se lit horizontalement de manière symétrique en allant soit vers la droite, soit vers la gauche, partant, du centre avec une seule fois la réprésentation du pain conique (X 8)Voilà, en espérant n'avoir point été trop long, ce que j'avais à mentionner pour essayer de répondre à ta question.Merci d'avoir indiqué le lien vers mon article à la fin du tien.   Bonne journéeRichard  

Eric DESRENTES 23/06/2009 17:46

Bonjour Richard,Effectivement, le hasard fait bien les choses. Les lecteurs pourront ainsi avoir des informations complémentaires. Je vais ajouter un lien vers ton article afin de lier les deux.J'en profite pour te demander ce que tu penses du fait que le n(y)-sw.t -bjty ne soit pas devant le cartouche.Bonne soiréeAmicalementEric

Richard LEJEUNE 23/06/2009 14:19

Le hasard a voulu que nous publiions, toi et moi, à quelques heures d'intervalle, et sans évidemment se concerter, un article faisant allusion à la titulature royale : toi concernant Pepi II, et moi, à la suite d'une série de billets à propos de la reine Tiy et de son époux Amenhotep III.L'intrérêt de ce genre d'étude réside évidemment dans l'approche quelque peu distincte que nous faisons d'un même sujet, en fonction de nos sentibilités propres; et du choix du souverain permettant ainsi à nos lecteurs respectifs d'appréhender les différents noms qui pouvaient définir tout monarque égyptien..Bonne continuation à toi.Richard