Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Djéhouty - Hiéroglyphes - Egypte

Hiéroglyphes - Pour toujours et à jamais

24 Octobre 2008 , Rédigé par Djéhouty Publié dans #Civilisation

On rencontre souvent les hiéroglyphes ci-dessous. On peut lire :








    dou anhre mi Ra

    Doué de vie comme Ré











  djet héhé

  Pour toujours et à jamais




On est en présence de deux mots qui ont une signification d'éternité.

Pourquoi y t-il deux termes pour indiquer la même chose et surtout pourquoi sont-ils régulièrement ensemble l'un après l'autre ?

Que voulaient dire les Egyptiens par "Eternellement et Eternellement" que l'on traduit de façon plus agréable à l'oreille par "Pour toujours et à jamais" ?

On trouve le plus souvent dans la littérature que dans un cas, cela signifie une éternité "linéaire" et que dans l'autre cela signifie une éternité "cyclique".

On pourrait comparer ces deux notions à la notion de l'éternité que nous avons de notre univers.
De nos jours, nous ne savons pas si notre univers subit une expansion à l'infini ou si au bout d'un certain temps, son expansion va s'inverser.

Dans le premier cas, c'est une expansion linéaire à l'infini.
Dans le deuxième cas, l'univers subira une infinité d'expansion et de contraction ponctuée par des Big Bangs. C'est une éternité cyclique de renouvellement perpétuel.

Certains égyptologues pensent que la signification est tout autre.

Il faut savoir que la pensée des Egyptiens est "duelle". C'est à dire que l'ordre établi par le dieu créateur se caractérise par "deux choses" (Hornung). On parle du Roi de "Haute et Basse Egypte", des "deux Terres" etc.

Dans le cas de l'éternité, c'est la même chose.

On n'est pas en présence d'une éternité cyclique ou linéaire, mais dans une logique d'une "éternité du jour" et d'une "éternité de la nuit".



 "héhé" ou "néhéhé" : indique l'éternité du jour

Au centre, on a le déterminatif du soleil





"djet" : indique l'éternité de la nuit

Le hiéroglyphe représenté par un trait est le déterminatif de la terre


Afin de comprendre cette notion, il convient d'aborder les concepts de création et de renouvellement tels que les Egyptiens les concevaient

Pour les Egyptiens, la succession du jour et de la nuit était une éternelle renaissance du soleil.
Le matin, le soleil naît, parcours "l'existant", (la création) et le soir il meurt et retourne dans le "non-existant" (l'état d'origine d'avant la création), se régénère et renaît le matin suivant.

L'éternité se divise donc en deux parties :
 - Celle de la création ;  le jour ; "héhé".
 - Celle de l'état primordial, d'origine, avant la création, sous la terre, là où le soleil disparait ; "djet" .

Si l'on veut englober toute l'éternité, il faut indiquer l'éternité du jour et l'éternité de la nuit : "djet héhé" (pour toujours et à jamais).

"Djet" se rapporte donc à l'éternité du monde des morts et "Héhé" à l'éternité du monde des vivants.

Ce sont des notions difficiles à concevoir pour nous. Il faut comprendre que pour les Egyptiens :

Les puissances du chaos, d'avant la création, ne sont jamais entièrement conquises, mais provoquent un combat continu mené par les dieux dans le ciel et les enfers et essentiellement par le roi sur terre (Hornung).

C'est à dire que la création est en perpétuel création-destruction. Le soleil doit combattre la nuit pour pouvoir renaître le matin.

Tout ce qui existe s'épuise et à besoin d'être régénéré, résultat qu'il n'est possible d'atteindre que par la suppression et la négation momentanés de l'existant (Hornung).

Les Egyptiens n'avaient pas peur que le ciel leur tombe sur le tête.

Ils avaient peur que le soleil ne réapparaisse pas le lendemain matin.

C'est grâce à l'action des dieux et du roi que la renaissance pouvait se faire chaque jour et que l'ordre prenait le pas sur le chaos.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Djehouty 02/11/2008 21:33

Bonjour,

je ne l'ai pas lu. Il a l'air très intéressant.
Je vais le lire sans tarder.

Merci pour le lien

Richard Lejeune 02/11/2008 18:57

Dans la continuité de cet article, connaissez-vous ceci ? :

http://recherche.univ-montp3.fr/egyptologie/enim/revue/2008/3/Servajean_ENIM-1_p15-28.pdf